Terre et mains
Au départ il y a la terre : les phyllosilicates,  particules minérales de 0.004mm constituées de feuillets empilées, que l'on dénomme plus modestement argile. L'argile est un minéral quelque peu polymorphe : sa composition varie, ilpeut contenir une foule d'oxydes (fer, titane...) qui vont lui donner sa couleur. L'eau qu'il contient plus ou moins dans ses feuillets va aussi lui permettre de changer d'état de "tenace et visqueux" à sec et fissuré voire très dur une fois cuit. 

Ensuite vient l'homme qui construit ses premiers abris en terre-argile crue, elle reste aujourd'hui très utilisée partout dans le monde pour ses qualités  écologiques, thermiques, sanitaires et (trop?)économiques.

Puis vient le temps de la rencontre; l'argile devient terre-glaise et découvre la main de l'homme : modelage, moulage, tournage, tournassage, tressage, estampage, nériage, engobage, émaillage...L'homme entre dans l'âge de l'objet et des techniques : l'argile prend forme, se déforme, se transforme; elle devient objet de cuisine, de culte, de décoration, de parure, d'art; elle se rend utile ou inutile, simple bol craquelant au fond d'un placard ou sculpture monumentale idolâtrée.

Terre cuite, séchée, brute, oxydée ou finement enluminée,  l'esprit lui donne un sens, la main une existence...